RADIO(S)




Politique |  -

Le ministre de l’Intérieur du Royaume d’Arabie Saoudite, l’émir Abdel Aziz Ben Saoud Ben Nayef Abdelaziz Al-Saoud, est attendu aujourd’hui, mardi 3 juillet, à Moroni pour une visite officielle de «trois heures de temps» placée sous le signe de l’amitié et de la fraternité entre les deux pays. Il s’agit de la plus haute autorité de la dynastie des Saoud à fouler le sol comorien ces vingt dernières années.

 

 Le richissime et prince Walid ben Talal avait effectué une visite éclair de deux heures de temps en novembre 2005. Une importante délégation ministérielle était attendue hier en fin d’après-midi, selon le protocole d’Etat. On y apprend l’arrivée, entre autres, des hauts responsables du Fonds saoudien de développement (Fsd) dont son vice-président, Yousef Al-Bassam, et de nombreux techniciens des institutions financières saoudiennes comme la Banque islamique de développement (Bid).


L’émir Abdel Aziz Ben Saoud, 35 ans, est en tournée dans l’Océan indien. Il est attendu à Moroni en provenance de l’Ile Maurice et des Iles Seychelles. L’Union des Comores est la dernière étape de sa visite dans la région. L’Arabie saoudite est en tête des grands partenaires des Comores dans le monde arabe devant les Emirats arabes unis, le Sultanat d’Oman, le Koweït, l’Egypte, le Maroc… 

Un allié de longue date

«C’est une très bonne occasion de faire le point sur de nombreux sujets d’intérêt commun sur le plan régional et international», a souligné hier le chef du département du Monde arabe au ministère des Affaires étrangères, Saïd Cheikh Saïd Hassane. «C’est un grand pays ami, un allié de longue date qui a été toujours aux côtés des Comores et avec lequel nous partageons une coopération privilégiée», a encore souligné le technicien comorien.


Cette visite, la première du rang, s’inscrit dans le cadre de la coopération, vieille de plusieurs décennies, qui lie les Comores et le royaume d’Arabie saoudite. Mais au-delà du langage diplomatique, bien de dossiers seront sans doute examinés à fond «une bonne fois pour toute», selon un autre connaisseur des relations comoro-saoudiennes qui n’a pas souhaité apporter des détails. Le Royaume d’Arabie Saoudite, l’une des puissances du monde arabe, souhaite bien avoir l’œil dans ces îles situées sur le Canal de Mozambique où se joueront probablement d’importants enjeux économiques et géopolitiques à l’avenir et où d’autres puissances rivales y voient aussi un intérêt à y mettre les pieds. 

Un partenaire stratégique

Considérée comme un partenaire stratégique, l’Arabie Saoudite concentre son intervention dans le secteur des infrastructures, de l’eau et de l’entreprenariat-jeune. 
La coopération entre les Comores et le Royaume d’Arabie Saoudite remonte au début des années 1980 sous l’impulsion du roi Fahad Ben Abdelaziz qui a soutenu et appuyé de nombreux chantiers d’infrastructures. Les relations ont connu un ralentissement relatif à cause de la dette comorienne qui avait connu un niveau insoutenable au milieu des années 1990. Officiellement, deux accords seront signés aujourd’hui par les deux pays. L’un portera sur le financement d’un projet de construction du tronçon routier Mutsamudu-Sima de plus de 17 millions de dollars (près 5 milliards 950 millions de francs comoriens). L’autre projet porte sur le renforcement des capacités d’approvisionnement en eau à Moroni et des localités environnantes. 

L’accord-cadre de sécurité

Il est question de la construction de citernes de stockage dont le coût est évalué à 5 millions de dollars (1 milliard 750 millions de francs comoriens). Les deux pays vont, par ailleurs, «réviser» certaines dispositions de l’accord-cadre de sécurité qui lie Moroni et Ryad, selon l’ambassadeur des Comores en Arabie saoudite, Al-Habib Abbass. «D’autres questions seront discutées», a-t-il ajouté sans plus de précisions.  

L’émir Abdel Aziz Ben Saoud sera reçu en audience par le chef de l’Etat, Azali Assoumani, cet après-midi au palais de Beit-Salam où un tête-à-tête d’une demi-heure est prévue juste avant la signature des deux accords avec le ministre des Finances, de l’Economie et des investissements, Saïd Ali Saïd Chayhane, d’après l’agenda officiel communiqué à la presse. 

A.S.Kemba

Partager