Votre dédicace a bien été enregistrée
Envoyer une dédicace

MAWUDU : Le salon d'orientation pour les jeunes comoriens.

Interview / Rahma ABOUBACAR

Partager :


MAWUDU : Le salon d'orientation pour les jeunes comoriens.

« L’idée est de pouvoir montrer qu’on peut être immigré, d’origine comorienne et de réussir dans tous les domaines ».

 

Une journée d’orientation dénommée « MAWUDU », initiée par l’association REVA se tiendra samedi 5 mars à Nanterre. Il s’agit d’une seconde session après celle qui a eu lieu le mois de mai de l’année dernière. Pour en savoir plus sur le déroulement de cette journée, Mlimengu s’est entretenu avec Rahma ABOUBACAR, psychologue qui fait partie des membres organisateurs. 

 

Mlimengu – Qu’est ce que la journée « MAWUDU » ?

Rahma ABOUBACAR – C’est une journée dédiée aux jeunes lycéens et collégiens. Le but est de les accompagner dans le choix de leurs orientations. Pour les collégiens ce serait le choix des spécialités offertes au lycée. Et pour les lycéens ce serait de les aider à avoir une meilleure vision des métiers qui existent, et surtout de discuter avec différents professionnels de divers domaines et avoir une vision concrète pour affiner leurs choix.

Mlimengu – D’où vient l’initiative d’organiser cette journée d’orientation ?

Rahma ABOUBACAR – L’initiative vient de l’association REVA qui est un peu dans le même principe. Cette association essaie de réunir tous les franco-comoriens, les professionnels, afin de créer un réseau. Chez REVA on dit « à compétences égales, on consomme comorien ». On voit bien que toutes les communautés qui existent en France et qui arrivent à s’en sortir sont très bien organisées, les gens s’entraident. Il faut vraiment former une solidarité pour pouvoir évoluer professionnellement. A travers cette association, l’idée d’inclure aussi les jeunes s’est très vite imposée car la carrière professionnelle se décide dans la scolarité, dans le choix de l’orientation. C’est un peu une continuité. Nous avons décidé d’attaquer les plus jeunes.

Mlimengu – Quels sont les résultats attendus ?

Rahma ABOUBACAR – Dans un premier temps, c’est de pouvoir donner aux jeunes la possibilité d’avoir un miroir, de pouvoir s’identifier aux professionnels auxquels ils vont s’adresser. L’idée est de pouvoir montrer qu’on peut être immigré, d’origine comorienne et réussir dans tous les domaines. Les résultats que nous attendons c’est que les jeunes assistent à cette journée, qu’ils soient un peu plus sûrs d’eux, qu’ils aient une vision concrète des métiers pour que ça les aide dans leurs choix. Mais nous aimerions également sensibiliser les parents dans l’accompagnement des jeunes dans leurs orientations scolaires.

Mlimengu – Comment la journée va-t-elle se dérouler ?

Rahma ABOUBACAR – D’abord il y aura différents stands. Il y aura dix sept secteurs de métiers. Il va y avoir un stand orientation où le jeune sera guidé dans son parcours de la journée, où on lui donnera les outils pour pouvoir questionner les professionnels intervenants. La visite des stands intéressera les jeunes. Et puis à seize heures, il y aura une intervention de deux femmes notamment Fatihiya RADJABOU et Amina TABIBOU qui vont intervenir et qui vont parler de la thématique du comment accompagner efficacement les jeunes dans leurs orientations.

Mlimengu – Parlez nous un peu des différentes formations qui seront présentées aux jeunes ?

Rahma ABOUBACAR – Il y aura un peu de tout : les domaine de la santé, de la communication, du marketing et de l’informatique. Il y aura deux métiers au minimum par stand. Par exemple, en informatique, on peut avoir trois profils, on ne travaille pas forcément dans le même domaine. Il y a l’économie, la recherche, etc.

Mlimengu – Quels sont les profils des professionnels qui accompagneront les élèves dans le stand orientation ?

Rahma ABOUBACAR – Nous serons trois dans ce stand. Il y aura une femme dont le métier est l’insertion des jeunes qui sont déscolarisés. Elle a une expérience dans l’insertion professionnelle. Il y aura également une psychologue dont le rôle est d’écouter, de détecter et d’accompagner l’élève à se poser les bonnes questions sur le choix de son orientation. Et la troisième personne travaille beaucoup avec des associations de jeunes. Son rôle sera de donner les outils pour aller continuer la recherche après la journée, de renseigner les organismes qui peuvent aider à choisir son orientation.

Propos recueillis par Natidja HAMIDOU


Partager :




Sécurité du formulaire calcul : 5 + 7 =



Rechercher un article




Vidéo à la une
Actualités
Site radio créé avec Vestaradio. Vestaradio propose de créer une webradio facilement