RADIO(S)



Maître Alexandre Braun dénonce la méthode utilisée par les policiers pour interpeller le jeune homme.

Me Alexandre Braun, avocat de l'adolescent qu'une vidéo montre tenu par des policiers en civil, un sac en tissu sur la tête, estime, jeudi 9 mai sur franceinfo, que l'explication avancée de source policière selon laquelle la mesure pourrait avoir été prise pour préserver l'anonymat du jeune homme de 15 ans "ne tient absolument pas debout."

"Ils justifieraient l'usage du sac sur la tête par une protection de l'anonymat de mon client, en sa qualité de mineur. C'est une explication qui ne tient absolument pas debout : s'il avait fallu protéger mon client mineur, on peut supposer qu'il n'aurait pas été injurié et que la qualité des services de police lui aurait été explicitée, et on peut supposer qu'il n'aurait pas été frappé."

Le jeune homme est "traumatisé"

"Mon client a eu la chance que quelqu'un filme la scène du sac. Pour le reste, il n'y a pas eu de témoin, mais c'est bien entendu l'intégralité de la scène qui est inacceptable pour mon client", ajoute Me Braun.

L'avocat affirme que son client est "traumatisé" : "Il ne dort plus la nuit avant 4 heures du matin, il vérifie avant de s'endormir que les verrous sont bien fermés, ses résultats scolaires qui étaient excellents ont baissé. Tout ça est d'autant plus inacceptable pour mon client que les violences sont le fait de services de police auxquels il veut faire confiance."

La vidéo, diffusée mercredi par le site Mediapart, montre le jeune homme tenu par des policiers en civil dans le 20ème arrondissement de Paris, près d'un fast-food dans lequel il a été interpellé. Les faits se sont déroulés le 9 mars. Selon Me Braun, son client a été"interpellé par des services de police qui le mettent à part"

Ils lui assènent un coup de pied circulaire, l'injurient, et finissent par lui mettre un sac sur la tête, tout cela sans se présenter.

Maître Alexandre Braun à franceinfo

"Ils vont in fine l'emmener au commissariat de Bobigny, puis le relâcher, puisque sur le fond, strictement aucune charge n'a été retenue contre lui."

Selon la préfecture, interrogée par Mediapart, les policiers enquêtaient sur une affaire de tentative d'extorsion de fonds.

Partager