Votre dédicace a bien été enregistrée
Envoyer une dédicace

L'Etat crée une «prime d'économies d'énergie»

La ministre de l'Environnement, Ségolène Royal désire accélérer la lutte contre la précarité énergétique.

Partager :


L'Etat crée une «prime d'économies d'énergie»

Se faire rembourser sa toute nouvelle chaudière au gaz? Ce sera désormais possible à partir du 1er mars prochain. Le gouvernement a en effet annoncé la création d'une prime économies d'énergie, jeudi. Publié au Journal officiel le 21 février dernier, l'arrêté s'inscrit dans le cadre du dispositif des certificats d'économies d'énergie (CEE), créé en 2006. Cette aide peut atteindre plus de 1000 euros, en fonction des travaux effectués, et sera valable jusqu'au 31 mars 2018.

Dans le détail, le consommateur peut bénéficier de 50 euros, «au moins, l'installation d'un émetteur électrique à régulation électronique à fonctions avancées», et de 100 euros pour un programmateur centralisé pour radiateurs électriques. Une vieille chaudière individuelle défaillante? «1300 euros, au moins, pour le remplacement (...) par une chaudière biomasse neuve de classe 5». Pour une chaudière au gaz, une aide de 800 euros est désormais disponible. Des primes pour l'isolation de combles ou de toitures sont également prévues, à partir d'un euro pour les bâtiments les plus consommateurs d'énergie.

Pour en bénéficier, le consommateur doit répondre à plusieurs exigences. Tout d'abord cette prime est conditionnée aux ressources perçues par le ménage. Pour un ménage composé de deux personnes vivant en Île-de-France, le plafond de revenus est ainsi fixé à 35.382 euros, et de 26.826 euros pour les autres régions. Une famille de cinq personnes ne peut, quant à elle, dépasser 56.765 euros. «Les conditions de ressources (...) sont les mêmes que celles qui s'appliquent dans le cadre des aides de l'agence nationale de l'amélioration de l'habitant (ménages “modestes” et “très modestes”)», complète le communiqué du ministère de l'Environnement.

12 millions de personnes en situation de précarité énergétique

Autre condition, choisir une entreprise ou un fournisseur d'énergie partenaire CEE et signataire de la charte d'engagement “Coup de pouce économies d'énergie”. En théorie, les premières offres de ces partenaires devraient être opérationnelles, dès le mois de mars, à en croire le communiqué du ministère. Dernière étape, cruciale, «accepter l'offre du partenaire avant de signer le devis des travaux». Contacté par Le Figaro, le ministère de l'Environnement n'était pas en mesure de répondre à nos questions. Les conditions de versement de cette prime notamment n'ont pas été précisées pour l'instant.

Au total, 45% des ménages sont éligibles à cette nouvelle prime, selon le ministère. Celle-ci intervient ainsi comme une bonne nouvelle. A titre indicatif, 12 millions de personnes sont considérées comme étant en situation de précarité énergétique, selon l'Observatoire national de la précarité énergétique (ONPE). Autrement dit, ils consacrent plus de 10% de leurs revenus à leurs dépenses en énergie. D'autant plus que le prix d'une chaudière neuve n'est pas donné. Pour une chaudière au gaz, par exemple, il faut débourser plus de 1100 euros, et les prix peuvent grimper jusqu'à plus de 5000 euros.


Partager :




Sécurité du formulaire calcul : 1 + 9 =



Rechercher un article




Vidéo à la une
Actualités
Site radio créé avec Vestaradio. Vestaradio propose de créer une webradio facilement